Image’in

 

Mon club de cinéma
C'est le 9 septembre 1958, qu'est fondé le club sous le nom de Ciné huit Club de Toulouse.
 Le président fondateur du club est Emile Mourier.  
En 1959, M.Tavéra lui succède. Le club compte une douzaine de membres.  
Ils se réunissent au cinéma ‘’Hollywood’’ rue des Potiers, puis au ‘’café Dupuy’’ , au ‘’café du Commerce’’, au ‘’mon Café’’ place du Capitole. 
 
Dès ces premiers mois d'existence, la principale activité semble avoir été la pratique de la technique, des sorties de tournage, et la discussion de films. Le format amateur d'alors est le 8m/m. Le club organise son premier concours à la foire de Toulouse en 1961. 
Après quelques années d'existence où l'on apprend à se servir d'une caméra, les premiers films voient le jour. Ils sont à tendance familiale, mais on ébauche déjà des scénarios. 
 
Parmi ces premiers films : 
1960 - ‘’Voyage en Espagne‘’ (la vie de Vincent de Ferreu) et ‘’Tiré par les cheveux’’ de Albert Rauzy 
1963 - ‘’La souricière ‘’ de Melmoux, Massat, Rauzy. 
Toute association a un toit, un lieu de rencontre, et le Ciné Huit n'échappe pas à la règle. C'est ainsi qu'il change plusieurs fois de lieu de vie. Puis le club tombe en sommeil. Mais ces cinéastes inséparables font toujours ronronner leurs caméras. Une longue errance commence qui passe par le Touring-club de France, la rue Croix Baragnon, puis plus tard chez André Chardonneau trésorier du club.  
 
 L’AGE D’OR 
 
Le club en 1977 se mue en CHAT (Ciné Huit Amateur Toulousain), sous la présidence  
d'Albert Rauzy. C'est l'époque des films réalisés entre amis, le dimanche. On cherche des  
sujets simples, le curé, le mauvais garçon, des situations burlesques. Mais ici pas de moyens,
 seul la passion qui les animent tous. Le cinéaste est scénariste, preneur de son, éclairagiste,
directeur d'acteur, et derrière la caméra. Il assure aussi la projection. 
1978 , l'affiliation à la FFCV est un événement important du club d'alors.  
L’ouverture sur les clubs voisins. C'est l'apogée du Super 8.  
Puis, les réalisations s'enchaînent, le film à scénario est roi avec le tandem Moga/Rauzy. Albert et Jo excellent dans l'adaptation de nouvelles, dans une parfaite mise en scène. Le film amateur copie son aîné, il se structure en équipe, il devient court-métrage. Et c'est une longue suite de films : ‘’Jean Sans Terre’’, ‘’Une histoire incroyable,’’ ‘’Le chien russe,’’ ‘’Méa culpa ‘’ etc... 
1980 - Albert Rauzy crée le journal du club : ‘’Flash-back’’ qui prend la suite du "Chablabla". Le club a élu domicile à la Terrasse. 
 
LES ANNEES 80 
 
1982 - Le CHAT a vécu, vive L'ARC 31 (Atelier de Recherche Cinématographique).
A travers ce nouveau nom, le club espère une nouvelle trajectoire, une reconnaissance, une ouverture sur l’extérieur. Pierre Raymond prend en main les destinées du club. L’ARC prend de l'importance. On essaie de s'exporter. Le club remporte pour la première fois un concours régional avec Pierre Raymond ‘’Un ange passe’’. L’ARC compte 25 membres. 
Nous sommes dans les années 80. Pierre Raymond enchaîne film sur film, dont "Stella" avec en point d'orgue un ballet. Puis "Chômeur" dont nous suivont la longue décadence. 
Jo Moga et Albert Rauzy signent "Une vie d'enfer". Bernard Cantagrel, dans "Un certain hard de vivre", aborde la communication. Christian Attard nous conte une histoire fantastique avec "Lucie". Maurice Rossignol, dans "Portrait 1", nous fait rencontrer un peintre marginal dans un drôle de lieu de vie. Bernard Tournois et Jo Moga, avec "La contrainte" font revivre la vie d'un prisonnier en 1940. 
En 91, Bernard Cantagrel nous conte avec nostalgie : ‘’Les Arênes du soleil mort’’. 
D’autres auteurs bien sûr, sont à l’honneur au cours de ces années. 
 
1992 - Le club change de nom, et devient Image'in.  
1993 - Changement de ‘’direction’’. Christian Attard nous quitte. Michel Troubat et Bernard Tournois
‘’président’’ aux destinées du club. Albert Rauzy devient notre président d’honneur. 
En 1993, le cinéma d'auteur est couronné au concours régional avec Maurice Rossignol et son film
 "La rue de Manlie" . Durant ces dernières années le format passe du Super 8 à la vidéo. 
 
IMAGE’IN 
 
Notre club compte alors 17 membres en 1997. De nombreux films voient le jour. Des films très différents,  
qui sont le reflet de notre cinéma amateur : le besoin de témoigner, de voir, de montrer.   Un cinéma d'expression, le regard qu'il porte sur la société, avec "Le Sel ‘’ de Pierre Raymond.  Avec "Vues d'ici" et ‘’Lettre à Jean’’ de Maurice Rossignol, le cinéma d'auteur. Les reportages et documentaires avec ‘ ’Tout près des étoiles’’ et ‘’Le silence de la montagne’’ de Bernard Seillé, ‘’Buto’’ de Moïse Bendayan. N’oublions pas les films dénonçant la folie humaine comme ‘’Nuits Noires’’ de Bernard Tournois et  ‘’Mes trains de marchandises’’ de Pierre Breinan . La fiction est aussi représentée avec Simon Bishop ‘’Perfect Day’’, ‘ ’Kampagne story’’ et ‘’Misère’’ de Bernard Tournois. Cette période est aussi l’arrivée du numérique.  
Depuis 2004, Bernard Cantagrel et son équipe ont pris en main les destinées du club, avec l’organisation en 2006 et 2010 du concours régional à Toulouse. 
Une vingtaine de membres fidèles font vivre l’association qui de plus en plus est ouverte sur l’extérieur, des séances publiques régulières comme les soirées du court métrage à Eaunes. Désormais le numérique est roi, et les films continuent d’illuminer l’écran. 
Ainsi, quelques films réalisés : ‘’Le dernier voyage’’ de Bernard Seillé, ‘’Un homme, un désert’’ de Emmanuel Dubois, ‘’Le chemin de lumière’’ de Bernard Tournois, et ’Le passage’’ de Bernard Seillé (docu-fiction) qui obtient la médaille de bronze à ‘’l’UNICA’’ 2008.
Le 15 novembre 2008 le club a fêté son 50ème anniversaire. C’est l’arrivée de la haute définition. ‘’Taphophobie’’ de Jacques Canet obtient le prix de l’humour au concours national en 2009.  Suivent d'autres films, citons parmi tant d'autres, "Les gens d'en haut'' de Bernard Seillé qui obtient le grand prix de Bourges en 2011, ''Le plus beau jour de ma vie'' de B. Cantagrel, ''Anna''de Bernard Seillé, ''Dies Irae'' de Emmanuel Dubois, ''Sous les étoiles" de Bernard Tournois qui obtient le prix du CNC en 2014.

Image'in s'exporte toujours à travers festivals et projections publiques : Panorama du Court Métrage à Villeneuve Tolosane, Les Courts de la Terrasse, Festival de Cabestany, concours régional et national. 
Le club compte toujours sa vingtaine de membres.

 Après 50 années d’existance, plus de 180 membres-cinéastes ont permis que le club devienne IMAGE’IN. Aujourd'hui, comme auparavant ses devanciers, Image’in est tourné vers l’avenir, animé du désir de créer, de témoigner de son temps, qui lui permettra d’assurer sa pérennité. 







 
Pierre Cazal, Jo Moga, Maurice Hubert
AVANT MINUIT - 1977

LIENS